Voyage dans le Nord : découverte d’Akureyri et rencontre avec les orques

C’est vers le nord du pays que Lydiane et moi avons mis le cap le week-end dernier. Nous avons débuté par la découverte de l’adorable ville d’Akureyri (avec ses 17 000 habitants, c’est la 2ème agglomération la plus peuplée derrière Reykjavik). Nichée au coeur du fjord Eyjafjörður, à 50 kilomètres du cercle polaire, cette ville constitue le coeur culturel et économique du Nord de l’Islande. Brève visite guidée ?

SONY DSC

Des paysages somptueux bordent la route qui sépare la capitale d’Akureyri

SONY DSC

Un banc pour le moins original ! (Il faut dire que l’hiver Akureyri se transforme en station de ski très prisée, tant par les locaux que par les étrangers)

SONY DSC

Le centre-ville 

SONY DSC

Au coeur du jardin botanique de la ville

SONY DSC

Au coeur du jardin botanique de la ville (bis)

SONY DSC

Un point de vue sur le fjord

SONY DSC

Une habitation typique

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Une habitation typique (bis)

SONY DSC

Un feu rouge drôlement mignon

Après avoir dégusté une glace gigantesque chez Brynja (décrit par certains comme le meilleur glacier du pays, mais nous n’irons personnellement pas jusque là), nous regagnons le Bagpackers tout beau tout neuf d’Akureyri, où nous échangeons toute la soirée nos expériences avec des voyageurs américains, québécois, italiens, j’en passe et des meilleurs.

Le lendemain, réveil aux aurores ! Un bateau de la compagnie North Sailing nous attend à Húsavík pour aller observer des baleines. Après environ 1h de route en autostop, nous arrivons dans le petit village de pêcheurs, et c’est à bord d’une goélette en bois d’un autre temps que nous embarquons.

SONY DSC
SONY DSC

On nous confie des combinaisons trèèès chaudes et trèèès épaisses pour nous protéger du vent, et ça nous fait ressembler à de gros chamallow rouges.

SONY DSC

 

SONY DSC

Le cap est d’abord mis en direction de l’île des macareux ! La saison est de circonstance pour les observer. Le bel oiseau passe essentiellement son temps en haute mer, excepté pendant la période de reproduction où il rejoint la terre, du mois de mai au mois d’août. Les couples sont très fidèles d’une année sur l’autre, et occupent souvent le nid précédemment utilisé. On en entend parler depuis des semaines et des semaines, il nous tarde de les approcher ! (même si certes, nous avons – presque – les mêmes en Bretagne)

SONY DSC

SONY DSC

MINOLTA DIGITAL CAMERA

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Ils sont appelées aussi oiseaux-clowns, et ça n’est pas pour rien. Leur décollage depuis la surface de l’eau est comment dire … un peu laborieux ! On passe quelques minutes à les observer, les uns juchés sur les hauteurs de la petite île, les autres tournoyant au-dessus de nos têtes. Puis on leur laisse enfin un peu de répit, et on part à la recherche des baleines !

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

La pluie présente en début de matinée a cessé, le bateau vogue lentement et le silence est complet. Nos combinaisons nous tiennent bien chaud, nous avons d’un coté une vue superbe sur les cols enneigés, et de l’autre, l’océan à perte de vue. On savoure véritablement ce moment de plénitude, en harmonie complète avec la nature. Cependant, et ce n’est pas faute de les chercher, toujours pas de baleines à l’horizon !

Et puis, un des passagers allemands donne l’alerte, il a repéré des ailerons au loin ! Le guide scrute l’océan de ses jumelles, il est un peu perplexe et hésitant quant à l’identité des animaux, il pense d’abord à des dauphins à nez blanc mais finalement devient formel, ce sont des orques ! Il nous informe sans cacher son enthousiasme qu’il n’en a jamais vu dans cette baie, l’excitation sur le navire est à son maximum ! On a devant nous une dizaine d’animaux, on reste sans voix.

MINOLTA DIGITAL CAMERA

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Bon, je vous l’accorde vous trouverez de bien meilleures photos sur Google Images, mais vous vous imaginez bien que dans ces moments-là, on laisse un peu l’appareil photo de côté pour profiter pleinement du spectacle ! Nous les suivons un bon moment, voyant de temps à autre leur bout du nez sortir de l’eau, les perdant de vue parfois. C’est un moment inoubliable. Petit à petit ils s’éloignent du bateau, le capitaine décide donc d’arrêter la « traque » et nous poursuivons notre navigation.

MINOLTA DIGITAL CAMERA

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Il suffira d’un petit quart d’heure pour qu’une « Baleine de Minke » (comprenez un rorqual, la plus petite des espèces de baleines) s’approche du voilier. Nous ne la quittons pas des yeux, et une fois de plus la scène est saisissante. En voyant cette petite baleine, on mesure alors toute la diversité et la richesse de la vie sous-marine présente juste sous nos pieds. Bon, une fois encore la photo n’en dit pas long sur cette observation mais c’est la seule que nous ayons réussi à prendre !

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Notre petite épopée en mer s’est terminée avec un délicieux gâteau à la cannelle et un chocolat chaud (généreusement arrosé au rhum par les soins du capitaine, de quoi rester bien éveillé pour le reste de la journée !).

SONY DSC

MINOLTA DIGITAL CAMERA

À bientôt !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s