Immersion dans la péninsule de Snæfellsnes

La météo du week-end dernier en Islande a été exceptionnelle ! Ni une ni deux, c’est l’occasion parfaite pour moi de retourner dans la péninsule de Snæfellsnes, brièvement visitée peu de temps après mon arrivée ici. Cette fois je m’accorde deux jours entiers pour pouvoir explorer la région et découvrir tous ses trésors.

Voici tout à fait le type d’itinéraire particulier qu’Aventures en Islande peut élaborer pour vous :

Lorsque l’on quitte Reykjavik en direction de la ville de Borgarnes, deux choix s’offrent à nous. Emprunter le tunnel souterrain, qui permet d’éviter de suivre les contours du fjord Hvalfjörður … ou bien longer ce fjord magnifique ! Il y a environ une quarantaine de kilomètres de différence entre ces deux itinéraires mais croyez moi, le second en vaut la peine et offre de splendides paysages, à fortiori sous le soleil.

SONY DSCSONY DSC SONY DSC

Niché au creux de ce fjord, démarre un sentier de randonnée qui mène à la cascade de Glymur. Avec ses 196 mètres de hauteur, elle a longtemps été considérée comme la plus haute du pays. Ce n’est qu’en 2007 que l’on a découvert Morsárfoss, dans le parc national du Vatnajökull (haute de 227 mètres).

Le début du parcours est parsemé de lupins, c’est joli comme tout !

SONY DSCSONY DSCSONY DSC

Après une quinzaine de minutes de marche, petite surprise ! Il faut traverser une rivière pour pouvoir poursuivre l’avancée (rivière qui s’écoule des chutes de Glymur elles-mêmes). Hop, après s’être échangés des regards amusés, les autres randonneurs et moi même attachons nos chaussures par les lacets, remontons notre pantalon et nous lançons ! L’eau est fraîche. Trèèès fraîche. Mais le courant n’est pas très fort et le tronc d’arbre qui fait office de pont parait bien fixé, le franchissement se fait donc sans encombres.

SONY DSC

Quelques minutes seulement après avoir pris un peu d’altitude, la vue est magnifique. On aperçoit le creux du fjord à l’horizon. Cependant, même si l’on devine la falaise le long de laquelle elle s’écoule, la cascade est toujours cachée …

SONY DSC

La pente est raide ! À beaucoup d’endroits, des cordes sont installées pour faciliter l’ascension. En chemin, je remplis ma bouteille vide dans une petite étendue d’eau (elle est fraîche, pure, et tombe à pic !). L’escalade reprend de plus belle pendant une vingtaine de minutes, et puis, tous ces efforts sont largement récompensés quant la cascade se dévoile enfin. C’est peut-être difficile à distinguer sur la photo ci-dessous mais il faut imaginer quelques 150 mètres de vide à l’endroit où elle a été prise. Glymur est vraiment, vraiment impressionnante !

SONY DSC

Et le paysage n’est pas mal non plus sous ce ciel bleu azur !

SONY DSC

Après avoir admiré le spectacle suffisamment longtemps et repris quelques forces, je fais chemin inverse et ma petite aventure se poursuit. Prochaine étape : les chutes de Glanni ! Elles se situent à proximité de la route n°1, 30 kilomètres environ après la ville de Borgarnes. Elles sont certes un peu (beaucoup) moins imposantes que les précédentes, mais tout aussi agréables à regarder. Des randonneurs viennent faire boire leurs chevaux, le décor est vraiment apaisant.

SONY DSC SONY DSC

À seulement quelques kilomètres de là, se trouve le cratère Grábrók. Son ascension est assez aisée, et permet de dominer toute la région environnante : lacs, calotte glaciaire du Langjökull, début des formations rocheuses de Snæfellsnes et même une forêt !

SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Après ce petit exercice, lors du trajet qui m’emmène jusqu’au village de Grundarfjörður, entre curieux moutons, champs de lave et scènes à couper le souffle, je n’ai une fois encore que de belles surprises.

SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC SONY DSC

Une bonne nuit de repos, et un arrêt s’impose le lendemain dans le village de pêcheurs de Stykkisholmur ! Il est très agréable de se balader autour du port. Et cette petite bourgade ne fait pas exception, ici aussi la plupart des maisons sont en tôle colorée !

SONY DSCSONY DSC

Peu de temps avant l’entrée du village se trouve le Mont Helgafell, lui aussi assez facile à gravir. Selon la légende, il faut monter jusqu’au sommet sans parler ni se retourner, s’approcher des ruines, puis se tourner vers l’Est et faire trois voeux ! Si la procédure est respectée à la lettre ceux-ci devraient se réaliser …

SONY DSCSONY DSCSONY DSC

Le Mont Helgafell redescendu, cap maintenant sur la pointe Ouest de la péninsule de Snaefellsnes ! Ma route croise notamment celle du village d’Olafsvik et son église à l’architecture pour le moins … originale !

SONY DSC

En route également, la pointe du stratovolcan Snaefelljökull est de plus en plus visible ! Il culmine au bout de la péninsule, à 1 446 mètres d’altitude. Bien que distant de près de 120 kilomètres, par temps clair on peut l’apercevoir depuis Reykjavik. Dans son ouvrage Voyage au centre de la terre, Jules Vernes assimile le sommet de cet ancien volcan à l’entrée même du centre de la terre. Aventures en Islande propose ici une des plus belles randonnées à faire dans le pays. Guidé jusqu’au sommet, on bénéficie d’une vue imprenable sur la péninsule de Vestfjord, ses montagnes, ses plages, et avec un temps clément, les rives glacées du Groenland.

SONY DSC

En voulant ensuite rejoindre les falaises de Svortuloft, je suis forcée de faire un arrêt sur une jolie plage de sable (presque) blanc, c’est la première que je vois depuis mon arrivée ici !

SONY DSCSONY DSC

La route jusqu’aux falaises est parsemée de grosses pierres, la rapidité de progression est donc très limitée. Mais petit à petit je vois le gros phare orange d’Ondverdarnes se rapprocher et je prends mon mal en patience.

SONY DSC

Une fois arrivée sur place, je mesure à quel point les falaises sont gigantesques. Des centaines d’oiseaux sont nichés à l’intérieur ! Il est inscrit sur le phare qu’auparavant, les villageois des alentours (probablement peu sujets au vertige) descendaient le long de ces falaises à l’aide de cordes afin d’aller récupérer les oeufs dans les nids. Incroyable.

SONY DSCSONY DSC

La fin du périple approche, je me dirige maintenant vers la plage de Djúpalónssandur. C’est une belle plage où les galets qui la composent ressemblent à de petites dragées noires. Gisent ici également, les vestiges rouillés d’un vieux chalutier anglais échoué en 1948, ce qui donne au lieu une atmosphère assez étrange.

SONY DSCSONY DSC

SONY DSC

Et voici enfin la petite église de Buðir, tout de noir vêtue, qui sera la denière halte du voyage !

SONY DSC

Si cette petite épopée vous a mis l’eau à la bouche, découvrez vite notre excursion de deux jours « Incroyable Snæfellsnes », dans laquelle Aventures en Islande vous confie tous les secrets de Snæfellsnes, s’occupe pour vous de l’hébergement et de la location de votre voiture. Et si vous êtes un randonneur dans l’âme alors n’hésitez pas, c’est ce trek de 4 jours dans la péninsule qui est fait pour vous !

À très vite pour de nouvelles aventures en Islande ! 🙂

Publicités

3 réflexions sur “Immersion dans la péninsule de Snæfellsnes

  1. Merci pour ces magnifiques photos, vous avez du vous régaler. Cet endroit est magnifique, le pays me manque !

  2. J’ai murmuré à ma femme que je rêve d’aller en Islande! ( Pour faire de la randonnée ou du vélo ( pas VTT)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s